Installation domestique avec Velbus

La dernière fois, nous avons commencé à utiliser les modules Velbus pour réaliser une petite installation domestique; dans cette troisième Leçon nous ajoutons une nouvelle fonction, un variateur de lumière, qui nous permettra de nous familiariser avec la programmation manuelle. Les ports de communication série et USB d’un PC permettent d’interagir avec les automatismes domestiques.

Dans la Leçon précédente, dédiée aux systèmes domotiques Velbus, nous avons vu comment concevoir l’installation électrique d’un appartement
Ti et les fonctions évoluées que ces modules permettent d’obtenir. En partant du plan de l’appartement nous avons positionné dans les divers points de contrôle et de commande les dispositifs adéquats pour ouvrir/fermer les stores et allumer/éteindre les lumières, un/une à la fois ou tous/toutes ensemble. Les contrôles évolués (que nous pouvons appeler “fonctions domotiques”) permettent:
l’allumage et l’extinction de toutes les lumières ensemble, l’ouverture et la fermeture de tous les stores ensemble, l’extinction de toutes les lumières et la fermeture (descente) de tous les stores, tout cela en même temps et avec une seule commande. Rappelons que nous avons utilisé les modules à relais VMB1RY et VMB4RY pour la gestion des lumières,
l’unité d’entrée VMB6IN et VMB8PB pour la gestion des poussoirs, le module VMB2BL pour le contrôle des stores à deux canaux et, enfin, l’alimentation VMB3PS pour produire les tensions nécessaires à tout le réseau Velbus.
Dans cette troisième Leçon nous allons voir comment ajouter le variateur VMB1DM pour contrôler un lampadaire à abat-jour ou n’importe quelle autre luminaire: nous lui attribuerons une adresse et l’associerons aux poussoirs qui commandent l’allumage et l’extinction simultanés de tous les luminaires (fonctions domotiques), ainsi qu’à son poussoir spécifique, positionné dans le groupe 8, en exécutant la procédure de mémorisation manuelle. Ensuite nous relierons au bus l’interface PC; en particulier nous utiliserons la platine USBVMB1USB, fonctionnellement identique à la version série VMB1RS.
Figure 1: Modifications apportées à l’installation domestique analysée dans la deuxième Leçon (appartement TI câblé avec des produits Velbus). Rappelons que les nombres en rouge sur fond blanc, commentés au-dessous du schéma, identifient un groupe de poussoirs et/ou une centrale.
Nous installerons ensuite dans l’ordinateur le programme de configuration et de contrôle VelbusLink.
Les ajouts à l’installation
Deux ajouts très simples du point de vue logistique. Nous vous suggérons toutefois de prendre le numéro précédent d’ELM avec vous et de comparer la figure 2 de la Leçon 3 (que vous êtes en train de lire) et la figure 2 de la Leçon 2. Cette comparaison vous permettra de mieux comprendre le type d’ajout que nous avons réalisé. Ce schéma de la figure 2 met en évidence le variateur VMB1DM inséré dans la centrale secondaire du groupe 2 (voir figure 1) où l’on trouvait déjà le contrôle des stores:
aucune difficulté pour relier les quatre fils du Velbus.
Le groupe 8 (figure 1), en revanche, a subi des changements plus significatifs: en effet, au contrôle du store du séjour ont été ajoutés le poussoir de commande du variateur et la prise
de branchement de l’abat-jour; cette prise a été reliée aux fils neutre, terre et “phase contrôlée par variateur”. Rappelons à ce propos ce que nous disions dans la Leçon 1: nous nous intéresserons aux commandes Velbus et non à la partie puissance (les prises). Et en effet nous n’en avons pas parlé jusqu’ici mais nous allons tout de même devoir le faire, car nous avons inséré un élément de contrôle pour une lampe nomade (non fixée au mur ou au plafond), comme l’est un lampadaire à abat-jour; nous avons dû ajouter une prise murale dans le groupe 8 pour le brancher. Bien sûr, dans une installation réelle (celle-ci est expérimentale et donnée à titre d’exemple), cette prise se trouverait dans une autre boîte d’encastrement, afin de bien séparer les lignes de puissance de celles de commande (Velbus). Le poussoir de commande a été relié à l’entrée libre 5 de la platine d’extension des entrées VMB8PB insérée dans ce même groupe 8 (voir figure 1): ce qui signifie que le variateur est géré seulement à travers des commandes qui s’acheminent à travers le bus.
Le groupe 9 aussi a été légèrement modifié: par rapport au schéma précédent, la position jusqu’alors vide est maintenant occupée par la platine de communication VMB1USB; c’est pourquoi il est nécessaire d’acheminer les quatre fils plus blindage du bus également vers le groupe 9 (figure 3, l’ellipse rose de l’aire diurne). Précisons que cette platine est “nue”, sans boîtier. Nous l’avons représentée en vert et de mêmes dimensions qu’un module poussoir ou prise, mais c’est juste pour la rendre facilement identifiable dans son groupe 9.
Rappelons que la ligne des données du CAN-Bus doit se terminer par une résistance de terminaison (terminator”):
nous avons choisi de nous servir de celle présente sur la platine d’extension du groupe 5 ou bien dans le contrôle des stores du groupe 2; cette résistance étant donc déjà présente, nous devrons laisser ouverts les cavaliers TERM du variateur et de l’interface VMB1USB. Si vous préférez vous pouvez choisir une autre terminaison, pourvu qu’un seul cavalier TERM soit fermé.
Figure 2: Schéma de l’installation.
Figure 3: Schéma de l’appartement avec ses différentes aires.
Arrivés là, l’installation domotique a été modifiée et elle est prête à être configurée: pour le variateur nous exécuterons une procédure manuelle semblable à celle décrite dans la Leçon 2.
La programmation manuelle du variateur
Il faut tout d’abord attribuer une adresse au variateur: étant donné que dans le réseau existant la dernière adresse utilisée était 06, nous lui donnerons la 07 (oui c’est osé mais bon !), à paramétrer au moyen des sélecteurs rotatifs (exactement comme nous l’avons fait pour les autres dispositifs Velbus). Quand l’installation est sous tension, la LED de signalisation de la présence de cette tension est allumée et les LED de signalisation d’émission et de réception clignotent chaque fois que des données transitent sur le bus.
Le travail suivant consiste à définir le mode opérationnel (variateur, temporisateur, variateur avec mémoire ...): sur le plan didactique les modes se valent et nous avons choisi la fonction classique du variateur avec mémoire pour ampoule à incandescence, sans transformateur. Dans ce cas une commande sur le poussoir allume la lampe avec l’intensité lumineuse qu’elle avait lorsqu’on l’a éteinte, une autre commande l’éteint complètement et une pression continue fait varier l’intensité lumineuse entre maximum et minimum et vice versa. Le manuel de l’usager du VMB1DM nous apprend que pour obtenir un fonctionnement comme variateur de lumière (fonctions temporisateur exclues) il faut paramétrer à 3 le présélecteur rotatif du mode de fonctionnement (variateur + mémoire) et mettre sur F le présélecteur de temporisation.
Et nous voici à la dernière phase où l’on définit quels poussoirs ont un effet sur le variateur. Toujours dans le manuel, nous voyons que nous devons paramétrer les valeurs suivantes sur les présélecteurs d’adresse:
- Fi, apprentissage des poussoirs d’extinction seulement;
- Ei, apprentissage des poussoirs d’allumage seulement;
- Ci, apprentissage des poussoirs de contrôle variateur;
Figure 4: Les divers types de modules Velbus.
Quand on passe en mode d’apprentissage lampe allumée, elle s’éteint et la LED indiquant le mode opérationnel commence à clignoter rapidement pour signaler que le dispositif est prêt à mémoriser quels poussoirs ont un effet de commande. Pour associer un poussoir à la fonction, il faut le maintenir pressé jusqu’à ce que la lampe s’allume, pour signaler que le poussoir a été mémorisé.
Programmons les poussoirs d’extinction seulement: paramétrons Fi sur les sélecteurs d’adresse puis pressons les poussoirs “Extinction de toutes les lumières”, situé dans le groupe 1 et “Extinction/fermeture totale”, situés dans les groupes 1 et 5.
Maintenant paramétrons El puis pressons le poussoir “Allumage de toutes les lumières”, du groupe 1. Enfin sélectionnons Cl et pressons le poussoir “Variateur” que nous avons ajouté à l’extension des entrées insérée dans le groupe 8.
Restaurons l’adresse 07 pour terminer la programmation. Si tout s’est bien passé, le VMB1DM est maintenant couplé aux commandes domotiques d’allumage et d’extinction de toutes les lumières, ainsi qu’à l’unique poussoir de contrôle de la fonction variateur. Avec ce poussoir nous pourrons agir sur la luminosité et avec les contrôles d’allumage et d’extinction de toutes les lumières nous allumerons/éteindrons le lampadaire à abat-jour en même temps que les autres luminaires.
Ainsi s’achève la description des procédures de configuration effectuées
manuellement, dans le prochain paragraphe nous verrons comment réaliser ces mêmes programmations avec le programme VelbusLink.
L’installation de la platine USB et du programme VelbusLink
Ce programme peut être téléchargé sur le site www.velleman.be avec le pilote pour la platine USB (si nous utilisons la platine série nous n’avons pas besoin de ce pilote). Extrayez le contenu du fichier “zip” du pilote dans un dossier de service; dans ce dernier vous trouverez deux autres dossiers contenant les pilotes pour Windows 2000, XP et V ista.
Pour installer la platine et le pilote correspondant, il faut exécuter la procédure indiquée figure 5. Installez ensuite le programme VelbusLink en lançant le fichier exécutable que vous avez extrait du fichier compressé présent dans le dossier de service.
La procédure est identique à celle qu’on exécute pour installer n’importe quelle application Windows. Nous considérons donc que vous avez fait cette installation en répondant à toutes les demandes apparaissant à l’écran.
Le réseau Velbus est programmé manuellement et il est opérationnel, la platine VMB1USB installée est reconnue et le programme VelbusLink est prêt à être utilisé. Il ne reste qu’à démarrer le programme et à se familiariser avec les diverses fenêtres et les nombreuses options prévues par le logiciel.
L’utilisation du VelbusLink
Lançons le programme avec un double clic sur l’icône que le fichier d’installation a mis sur le Bureau: pendant quelques instants apparaît la fenêtre de présentation visible figure 6, puis le programme ouvre l’écran principal visible figure 7.
Notez que les options de commande habilitées — à partir des menus déroulants comme des touches de lancement rapide — sont vraiment peu nombreuses; parmi celles-ci se trouve l’option Connect, disponible à partir d’un poussoir ou du menu, ou alors du clavier avec la combinaison de touches Ctrl “0”. Sélectionnez Connect en cliquant sur le poussoir correspondant: dans la fenêtre qui apparaît alors (“R5232 Connection”, figure 8) il est possible de choisir la COM à utiliser pour la connexion à la platine (pour nous la COM5, mais bien sûr il peut en être autrement, voir encore figure 5). Confirmez par un clic sur 0K.
Le programme entre alors en communication avec le réseau Velbus et vérifie avant tout la présence de dispositifs en interrogeant chacune des adresses: le balayage à la recherche des dispositifs dure environ une minute et elle est accompagnée d’une indication graphique animée, qui a lieu à droite de “Network”.
A la fin de la recherche, à gauche de l’écran de lancement, apparaît la liste des dispositifs trouvés, visualisés de manière arborescente, typique de Windows (figure 9). Chaque élément Velbus est identifié par son symbole, à la gauche duquel se trouve un petit carré contenant un +. La structure arborescente se déploie quand on clique dessus: apparaissent alors les noms donnés aux divers canaux, d’entrée comme de sortie; étant donné que jusqu’à présent on a programmé les dispositifs de manière manuelle, on ne peut voir aucun nom associé à des poussoirs et commandes et donc la structure apparaît exactement comme le montre la figure 10. Avec VelbusLink il est possible d’associer les noms aux différents poussoirs et canaux, ce que d’ailleurs nous allons faire tout de suite; ainsi les couplages entre dispositifs seront beaucoup plus compréhensibles et immédiats.
L’attribution des noms et la programmation
Pour attribuer les noms, vous pouvez partir de n’importe quel dispositif, puisque le programme le permet.
Nous avons choisi de commencer par les dispositifs. Si vous nous suivez dans ce choix, dans le menu sélectionnez Tools puis Module Memory Editor, comme le montre la figure 11:
la fenêtre de la figure 12 apparaît, sélectionnez le module TVMB6IN, celui qui correspond au groupe des poussoirs 1. Cliquez alors sur Retrieve pour que le programme lise la configuration directement à partir de la mémoire du module examiné: après qu’on ait répondu OK à la demande de lecture de la mémoire















publié dans electronique-magazine N°_100_2007

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire